septembre 25th, 2018 by admin

Le Tract au format A5 : La Ville irrespirable A5

La Ville irrespirable

Le chantage au logement social nécessiterait de construire 150 000 logements à Lille

Suivant le ratio de logements vraiment sociaux par construction nouvelle, comme par exemple à Saint-Sauveur, les élus devraient construire 150 000 logements et accueillir près de 300 000 personnes pour lutter contre le « mal-logement ». Soit multiplier par deux la population. Une aberration écologique, sanitaire et sociale.

Face aux critiques à l’égard du projet Saint-Sauveur, ses promoteurs ne ratent pas une occasion de faire du chantage au logement social. Faisons le calcul, pas à pas, de ce que cela impliquerait s’ils faisaient ce qu’ils disent :

- 2 500 logements sont prévus sur Saint Sauveur,

- dont 35 % de logements sociaux, soit 875 logements,

- dont 25 % de logements « vraiment » sociaux (minimum imposé par la loi, on ne connaît pas « l’ambition » de la Ville), soit 219 logements dits en « P.L.A.I. » (7,5 % du total).

Aujourd’hui 14 689 ménages sont en attente d’un logement social à Lille, dont 75 % éligibles à un logement vraiment social. Soit : 11 017 ménages en attente d’un P.L.A.I.1

- Au ratio de 7,5 % de logement vraiment social construit à chaque projet immobilier, il faudrait construire en tout 146 857 logements à Lille pour satisfaire la demande, et ne plus se voir tirer des larmes de crocodile par S. Dendievel et M. Aubry.

- Puisque l’on compte en moyenne 2 personnes par ménage, Lille devrait ainsi accueillir 293 713 personnes supplémentaires sur son territoire.

Combien se déplaceront en voiture à carbone, en métro à uranium ? Quelle quantité d’eau sera ponctionnée dans des nappes phréatiques qui déjà n’en peuvent plus ? L’élu lillois Jacques Richir peut balayer d’un revers de main notre « malthusianisme » (VDN, 24/6/18), il n’en doit pas moins répondre à la question : Comment fait-on matériellement pour faire vivre en bonne santé 526 454 personnes à Lille intra-muros ?

N’attendez pas la ville irrespirable

Rejoignez la contestation de la ZAC Saint-Sauveur :

parcsaintsauveur.wordpress.com

1 Agence de l’urbanisme, 2018 : ADU_Lille2018

août 31st, 2018 by admin

La Ville de Lille vient de céder le Palais Rameau à trois écoles d’ingénieur qui en feront un laboratoire d’agriculture automatisée et hors-sol. Alors que la Ville détruit les derniers espaces possibles de verdure, îlot Pépinière et friche Saint-Sauveur, elle recrée une nature artificielle, sous cloche, et pilotée par des capteurs. Cette artificialisation des terres et de l’agriculture avance d’un pas serein grâce l’appui des Verts qui voient là une réponse aux « enjeux écologiques du XXIe siècle ». Avec des amis pareils, la nature n’a plus besoin d’ennemis.

Le calendrier se passe parfois de commentaire. Dans le même Conseil municipal, Martine Aubry rappelle son engagement dans la bétonnisation de l’îlot Pépinière, ancienne parcelle horticole, et cède le Palais Rameau, du nom d’un horticulteur lillois, à trois écoles d’ingénieur spécialisées dans l’« agriculture de précision ». Donc : Martine Aubry remplace des horticulteurs avec de la terre sur les mains par des agro-informaticiens du substrat chimique. Après que la mécanisation des champs ait saigné les rangs des paysans, l’automatisation supprime les derniers « travailleurs de la terre ».

Une agriculture sans terre ni agriculteurs

Les trois écoles d’ingénieur en question appartiennent à la Catho et se nomment ensemble « Yncréa ». Leur regroupement forme des ingénieurs et chercheurs en nanotechnologies, smart farming, chimie verte, smart grids (ex : Linky) ou maison intelligente. Yncréa est donc un agent du renouvellement actuel du capitalisme dans les technologies de pilotage de la planète, de la ville, de la maison et du vivant, pour aller decrescendo dans la perspective. Détail qui ne manque pas de saveur : le directeur d’Yncréa est ingénieur militaire, à la fois chevalier de la Légion d’honneur et du Mérite agricole, passé par la Délégation générale à l’armement et la sûreté nucléaire. Ses rangs de topinambours seront bien désherbés sur les côtés.

Leur agriculture hors-sol (préférez « urbaine », « de précision », « connectée » ou « verticale » si vous deviez masquer vos intentions) passe au stade 2.0. Les semences sont toujours sélectionnées pour ce type de terroir hydroponique. Les légumes plongent toujours leurs racines dans un substrat et des intrants artificiels. Mais les bâtiments sont désormais « pilotés par des technologies contrôlant les paramètres de production (luminosité, apports en eau, en nutriments…) et alliant les compétences en conception de bâtiments intelligents, agronomie et automatisation. »1 Les Pays-Bas par exemple, surnommés la « Silicon Valley de l’agriculture », ont les meilleurs rendements du monde grâce à des serres où la lumière, l’arrosage, les intrants ou la ventilation sont entièrement automatisés. Le modèle vaut aussi pour les élevages de porcs, de volailles – sans parler des citadins. Le smart farming est à l’agriculture ce qu’un « réseau social » est à l’amitié. Une relation à la terre pilotée par ordinateur, privatisée par des ingénieurs et leurs firmes, produisant une alimentation sans goût pour une vie sans qualité.

L’avancée du désert vert

L’élu Julien Dubois soutint l’initiative au nom du groupe écologiste. Reprenant les éléments de langage de circonstance, celle-ci répondrait aux « enjeux écologiques du XXI° siècle ».2 Quels sont ces « enjeux » ? En quoi Yncréa y « répond » ? Nulle explication chez les élus qui s’écharpent à peine sur le superflu, l’absence d’appel d’offres ou la privatisation du Palais Rameau. Mais sur le fond : rien.

Dans les Hauts-de-France comme au niveau global, les terres cultivables manquent. La planète compte bientôt 10 milliards d’estomacs en même temps que les terres arables disparaissent sous les effets conjoints de l’urbanisation, de la pollution et l’appauvrissement des sols, de l’élevage intensif ou du manque d’eau. Près de nous, autour de l’ancien site Metalleurop, 500ha de terres saturées en plomb interdisent toute culture comestible. À Lille, les 23 ha de la friche Saint Sauveur seront enfouis sous du logement intensif et des bureaux, plutôt que rendus – enfin ! – à des activités plus humaines.

Face à ce dilemme comptable, les technocrates ont leurs solutions. Pour aller des plus lointaines aux plus proches, Elon Musk (Tesla) souhaite coloniser Mars ; Peter Thiel (PayPal, Facebook) bâtit des villes flottantes alimentées aux algues3 ; Larry Page (Google) finança le premier steak in vitro ; et toute une flopée d’urbanistes se gaussent d’agriculture urbaine : soit en utilisant les toits des buildings, soit sur les sols pollués des friches industrielles, soit encore dans les souterrains des grandes villes, ainsi qu’Anne Hidalgo l’expérimente à Paris. Après avoir épuisé la Terre, la cyber-agriculture s’attaque aux océans, aux sous-sols, et pourquoi pas à l’espace, dans une fuite en avant technologique. Les écologistes applaudissent. Et l’Union européenne s’interroge sur une labellisation « bio » du hors-sol.

Ce scénario d’artificialisation et de privatisation du vivant ne devrait surprendre aucun Lillois. Non seulement parce qu’il est d’une banalité confondante au regard de l’état du monde. Surtout parce que la Ville nous avait prévenus, dès 2013, dans une exposition « Natures artificielles » à la Gare Saint-Sauveur. Les artistes convoqués nous y jetaient leurs « visions originales d’un réel transfiguré par une époque mutante où l’homme joue de son emprise ambiguë [sur la nature]. On y crois[ait] des expérimentations scientifiques qui réécrivent l’Histoire, théâtres de robots agriculteurs, parcelles de cosmos comprimées, poupées mutantes issues d’expérimentations génétiques, végétaux à humeurs variables, terre tremblant au son de la voix, etc. »4 L’enfer vert était annoncé.

Quant à ceux qui ne veulent pas ajouter de l’artifice au désastre, qui ne souhaitent pas gérer les nuisances mais bien les supprimer, ils peuvent se joindre à nous dans une opposition résolue à la bétonnisation de Saint-Sauveur et à la reconversion technologique du Palais Rameau.

Hors-sol, Braderie 2018.

Pour aller plus loin :

L’Enfer vert, TomJo, L’échappée, 2013.

Paradis pourri – Smart islands en Polynésie, hors-sol & Pièces et main d’œuvre, 2017.

Homo homini porcus – Dans l’homme tout est bon, Yannick Blanc, Sens & Tonka, 2017.

1Yncrea.fr

2Conseil municipal du 22 juin 2018, site d’Europe écologie – Les Verts

3Paradis Pourri – Smart islands en Polynésie, Hors-sol et Pièces et main d’œuvre, 2017.