octobre 2nd, 2017 at 10 h 24 min by admin

En janvier 2017, une étonnante nouvelle surgit brièvement du flot de l’information permanente. Les Siliconiens du Seasteading Institute et le gouvernement de la Polynésie française ont signé un accord pour coloniser les lagons de plateformes de survie high tech. Scientifiques et industriels, entrepreneurs et politiciens, les mêmes technocrates qui en 200 ans de « progrès » emballé ont ravagé la Terre, nous poussent maintenant à la migration vers une autre planète : la Mer. Ce qu’il en reste du moins, une fois qu’ils l’ont vidée de ses poissons et remplie de leurs déchets.
De l’eau à dessaler, des minerais, du pétrole, du vent, des courants pour faire tourner des myriades d’éoliennes et d’hydroliennes, des champs d’algues et des élevages piscicoles. Et enfin, un immense espace foncier – 70% de la surface planétaire – où construire des smart cities sur des polders et des plateformes marines. C’est à une nouvelle ruée vers l’or (« bleu »), que nous appellent aussi bien les richissimes libertariens du Seasteading Institute, que Jean-Luc Mélenchon, le chef de La France Insoumise et promoteur de la « planification écologique ».

Mais comment Tahiti, le paradis terrestre, s’est-il changé en bas-fond des enfers, en moins de 200 ans ? C’est ce que nous voyons dans « Paradis pourri. Smart islands en Polynésie », une enquête de Hors-Sol et Pièces et main d’œuvre (document ci-dessous.)

A lire au format pdf : paradis_pourri

Brochure à imprimer au format « Livret » : Paradis pourri_Brochure

Lire aussi :
- J’ai visité Smart City, par Tom 2.0
- Les vrais « fascistes » de notre temps – Le Corbusier et les architectes urbanistes
- Critique de la planification écologique

Comments are closed.