juillet 7th, 2014 at 18 h 23 min by admin

Voici, en téléchargement libre et gratuit, les quatre chapitres de la Reproduction artificielle de l’humain, d’Alexis Escudero. Ces contributions sont réunies dans un livre papier publié par les éditions Le monde à l’envers :

La procréation médicalement assistée (PMA) n’a rien à voir avec l’égalité des droits ; elle doit être combattue en tant que telle, et non pas pour son extension aux homosexuels ; nous n’avons rien à gagner, et tout à perdre à la reproduction artificielle de l’humain : autant d’évidences que ce livre doit hélas rappeler. Eugénisme, marchandisation du vivant, manipulation génétique des embryons, transhumanisme : la PMA, ni pour les homos, ni pour les hétéros !

Voyez ici ce trailer de 5 min. réalisé par Camille Ludd : http://vimeo.com/99648343
-
Alexis Escudero participe depuis plusieurs années au mouvement de critique des technologies. Peut-être est-il de la dernière génération d’enfants nés, et non pas produits. »

Introduction :

Fin 2012, début 2013. Le débat sur le mariage homosexuel occupe la scène politique et médiatique française. Manifestations, grandiloquences de tous bords, débats sans fin à l’Assemblée nationale, diatribes dans la presse et sur les plateaux télés s’enchaînent des mois durant. Tapage entretenu par le gouvernement socialiste tout juste élu pour divertir l’opinion de sa politique économique.

Au-delà du mariage homo, des collectifs et associations LGBT (Lesbiennes, gays, bi et trans) imposent dans le brouhaha l’extension du droit à la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes. L’inter-LGBT en a fait un enjeu de la campagne présidentielle. La PMA, jusqu’alors réservée aux couples hétérosexuels médicalement infertiles, est travestie en condition impérieuse de l’égalité homos/hétéros. Le débat est sciemment réduit à cette fausse symétrie.

Le chantage paye et le mot d’ordre est repris par l’ensemble de la gauche. On voit émerger tel collectif « Oui, oui, oui » – oui au mariage, oui à la filiation, oui à la PMA. Du Parti socialiste à la mouvance anarchiste, de la très institutionnelle inter-LGBT aux féministes queer du pink bloc, des éco-techs d’Europe-Ecologie aux mélenchonistes du Front de gauche : tous reprennent le dernier cri de l’époque : « La PMA pour tous et toutes ! ». En quelques semaines celle-ci est érigée en norme. Elle devient le marqueur identitaire d’une gauche qui peine à se distinguer de la droite en matière sociale et économique. Qui-ne-sou-tient-pas-la-P-M-A-n’est-pas-de-gauche-ouais-ouais ! Forts de cet unisson, membres du gouvernement, actionnaires du Monde, militants gays ou féministes libérales unissent leur voix pour réclamer la légalisation de la gestation pour autrui (GPA), c’est-à-dire des mères porteuses.

Au même moment, dans la rue et sur les plateaux télés, la « manif pour tous », un mouvement social hétéroclite de grande ampleur, emmenée par Frigide Barjot s’oppose au « mariage pour tous ». Elle réunit pêle-mêle catholiques, militants et citoyens de droite, défenseurs de la famille, homos opposés au mariage. À sa marge, nazillons, identitaires et cathos intégristes, réunis sous les bannières de Civitas et du Printemps français de Béatrice Bourge. La droite institutionnelle y joint sa voix. Non que Copé ou Fillon soient de fervents défenseurs de la Famille. Les libéraux de droite n’ont qu’une valeur : le fric. L’UMP ne réchauffe le vieux discours familialiste que pour raccrocher le peuple de droite, embarrasser la gauche au pouvoir et profiter des retombées électorales d’un mouvement qu’elle n’a pas initié. Des centaines de milliers de personnes manifestent drapeaux bleus-blancs-roses au vent. Même si tous les marcheurs ne sont pas homophobes, nombre de ceux qui protestent contre le mariage, l’adoption homosexuelle, la PMA ou la GPA défilent en fait contre l’homosexualité.

Les officiels du Parti Progressiste, tiennent d’autant mieux leurs troupes que celles-ci ne leur opposent nulle volonté de penser par elles-mêmes. Quiconque critique le mariage homo ou la PMA « fait le jeu de la droite ». Quiconque critique le régime soviétique fait le jeu de l’impérialisme US. Marie-Jo Bonnet, ancienne militante du MLF, du FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire), et cofondatrice des Gouines Rouges en 1971 a pris ce risque :

« Aucun argumentaire de gauche contre le mariage ne peut s’exprimer. Si l’on est de gauche, il faut être unanimement favorable au mariage, qui signifie l’égalité des droits et la reconnaissance de l’homosexualité. Ses adversaires, eux, sont forcément de droite, réactionnaires et homophobes. Les positions sont tellement tranchées, qu’on a l’impression que le débat a bien plus pour thème l’homosexualité, et plus exactement les gays, que le mariage, c’est-à-dire l’aspiration d’une petite partie de la communauté à l’assimilation, en s’intégrant à la norme petite bourgeoise de la respectabilité conjugale et familiale [1] ».

Idem pour la PMA. Il y a quelque chose de révélateur dans la rapidité de la gauche à reprendre cette revendication. Débat sur la question : rien. Néant. Nada. Comme si être de gauche et soutenir la reproduction artificielle de l’humain allaient nécessairement de pair.

L’insémination pratiquée à domicile avec le sperme d’un proche n’est pas la PMA. La première n’exige qu’un pot de yaourt et une seringue. Elle soulève essentiellement la question de l’accès aux origines pour l’enfant : lui dire qui est son père ? La PMA en revanche, pratiquée en laboratoire, soumet les couples à l’expertise médicale, transforme la procréation en marchandise, place les embryons sous la coupe du biologiste et entraîne leur sélection : l’eugénisme. C’est la PMA que réclame la gauche et la mouvance LGBT.

Les rares personnes estampillées « de gauche » ayant tenu sur le sujet des positions discordantes ont été ignorées ou accusées de faire le jeu de la droite et de la réaction. Ainsi Sylviane Agacinski, qui dénonce depuis des années la gestation pour autrui et le business de la reproduction artificielle dans des termes qui devraient parler à tous les militants de gauche[2] – si l’on croit que la gauche s’oppose à la marchandisation du corps et de tous les aspects de la vie. Les trois écologistes inspirés de Jacques Ellul et d’Ivan Illich, qui ont fait connaître leur opposition n’ont pas connu meilleur sort. On peut discuter leur idée de la nature, mais il faut discuter leurs critiques de la PMA, balayées d’un revers de main par les progressistes : déshumanisation, pouvoir des experts, fuite en avant technologique, négation de l’Autre et atomisation des individus dans le capitalisme mondialisé [3]. Ajoutons qu’ils ont critiqué à propos, sur le vif ; il est trop facile d’avoir raison trop tard, quand tous les arguments ont été remâchés par tous. D’autres se sont exprimés depuis des années, qui sans traiter exclusivement de la PMA, auraient permis d’y réfléchir à deux fois : dénonciation des manipulations génétiques, de l’eugénisme scientifique, de l’artificialisation du vivant, du transhumanisme, de la médicalisation de tous les aspects de la vie. En vain.

Sans doute, l’unanimité en faveur de la PMA n’est-elle que de façade et de nombreuses personnes à gauche ne se reconnaissent pas dans cette innovation. Mais en politique, seules comptent les apparences. Les silencieux ont tort.

Fortes de ce mutisme, les avant-gardes de la gauche cybernétique – philosophes post-modernes, transhumanistes, post-féministes, médecins et biologistes spécialisés dans la procréation – s’en donnent à cœur joie. L’homophobie de droite, qu’elle soit réelle ou montée en épingle (il y a aussi les Gays Libs, une droite homo, une bourgeoisie gay), leur permet de présenter leurs délires sous un jour émancipateur. Cette gauche cyber-libérale travestit le combat pour la liberté individuelle en apologie de la liberté marchande. Elle confond égalité politique et uniformisation biologique des individus. Elle rêve d’un eugénisme libéral, de l’abolition du corps et d’utérus artificiel. Elle fantasme une post-humanité par re-création technologique de l’espèce humaine. Sous le masque de la transgression et de la rébellion : l’adhésion enthousiaste au technocapitalisme.

* * *

Pendant des mois, j’ai espéré voir quelqu’un exprimer ces évidences : que la PMA n’a rien à voir avec l’égalité des droits ; qu’elle doit être critiquée en tant que telle, et non pas pour son extension aux homosexuels ; que nous n’avons rien à gagner, et tout à perdre à nous laisser embarquer sur la voie de la reproduction artificielle de l’humain. Constatant qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, je me résous dans ces pages à dire pourquoi les partisans de la liberté et de l’émancipation (mais sont-ils encore de gauche ?) doivent s’opposer au développement de la reproduction artificielle de l’humain. Ni pour les homos, ni pour les hétéros : la PMA pour personne !

Chapitre 1 : La stérilité pour tous et toutes !

Les progrès du techno-capitalisme depuis deux siècles concourent à la stérilisation chimique de la population, contraignant les hommes et les femmes à recourir à la PMA pour faire un enfant. La procréation elle-même devient une industrie, soumise à la guerre économique. La « PMA pour tous et toutes » n’est pas le dernier cri de l’égalité, mais l’avenir auquel nous sommes tous condamnés.

Chapitre 2 : Au bazar du beau bébé

La reproduction artificielle de l’humain est avant tout un gigantesque business. Elle génère un nouveau prolétariat contraint de louer son corps et de vendre les produits qui en sont issus. Elle transforme les enfants en produits manufacturés, monnayables sur un marché de l’enfant. Elle est une nouvelle forme de la traite des êtres humains qui ne dit pas son nom.

Chapitre 3 : De la reproduction du bétail humain

Sélection des reproducteurs, sélection des embryons, manipulation génétique des embryons : ce qu’on fait aux animaux, on le fait aux humains. Il n’y a pas de reproduction artificielle sans eugénisme. Cet eugénisme n’aura rien de « libéral ». Nous y serons contraints par les impératifs de l’État et de l’économie.

Chapitre 4 : Les crimes de l’égalité

Derrière la prétendue « lutte pour l’égalité des droits » : le fantasme d’un monde d’hommes et de femmes rendus, non pas égaux, mais identiques par la technologie. Un monde de cyborgs unisexe et monocolore, où manipulations, sélection génétiques et embryonnaires, implants bioniques et technologies convergentes effacent les différences, et uniformisent les corps – et les esprits ? A l’ère du capitalisme technologique, la lutte pour la domination de la nature, qui fut facteur d’émancipation, devient facteur d’asservissement. La destruction de nos fondements biologiques se paye au centuple en soumission au capitalisme, à la technologie, à l’Etat et à l’expertise médicale. L’émancipation sera politique ou ne sera pas.

Comments are closed.