juillet 31st, 2013 at 10 h 35 min by admin

« Natures artificielles » : cet oxymore nomme la fuite en avant technologique vers l’hybridation du vivant et de la machine. La contradiction entre nature et culture est réputée obsolète – la technologie l’ayant digérée au profit de l’innovation économique. Naturaliser l’artifice technologique et nous acclimater à l’artificialisation de la nature, voilà le sens de cette expo présentée à la gare Saint Sauveur au printemps 2013. Son propos soit-disant « transgressif » n’étant qu’une pièce du discours officiel, les artistes ne font qu’esthétiser ces « transgressions » technologiques qui nous précipitent dans un « néo-milieu naturel » : le monde-machine.

Certes, à toutes les époques l’art dominant est celui de la classe dominante, à des fins de célébration aussi bien vis-à-vis d’elle-même que des classes dominées. Le pouvoir se montre en beauté et manifeste par là même son génie. Ce que nous dit « Natures artificielles » et des milliers de manifestations semblables chaque année en France et dans le monde, c’est que nous sommes bien à l’ère technologique et dans la technosphère, dont la technocratie est la classe dominante.

Les vieux modernes ont le Musée de La Piscine à Roubaix pour se souvenir des fastes révolus de l’industrie textile – ceux qui ont contaminé aux solvants les sols et les canaux. Les jeunes postmodernes ont la Gare Saint Sauveur pour s’abreuver de l’état d’esprit technologique : primat du « ressenti » sur la connaissance objective, perte de repères sensoriels et distorsion de la réalité, troubles de l’identité, imbrication du vivant et de la machine, et réalité virtuelle.

Capitale européenne de la culture en 2004, Lille devait vernir son image pour attirer les investisseurs. Aujourd’hui, Lille3000 accompagne les stratégies de développement des entreprises nouvellement débarquées. Pendant que Lille métropole artificialise la vie des citadins depuis ses pôles de compétitivité, Lille3000 technologise nos imaginaires pour nous asservir à l’e-monde de demain.

Début de la visite ici : Natures artificielles

Photo : Pierre de Saintignon, Jean-Marc Ayrault, Didier Fusillier et Martine Aubry sont à Euratechnologies pour l’inauguration de « Fantastic ».

Comments are closed.