avril 18th, 2013 at 13 h 44 min by admin

Nous vous informons de la réédition de L’Enfer Vert. Projet pavé de bonnes intentions (éd. L’échappée, coll. Négatif, avril 2013). C’est une enquête et une histoire de la fusion entre l’écologie et la technocratie lilloises, revue et augmentée de critiques des indicateurs alternatifs de richesse, de l’écologie autoritaire et de la ville intelligente. Les habitués d’Hors-sol y trouveront de quoi nourrir leur connaissance d’Euratechnologies et des autres projets de développement régionaux (Eurasanté, Zone de l’Union, etc).

La réédition est suivie d’une Critique de la planification écologique annoncée par la  »gauche de la gauche » comme une réponse à la crise et à l’austérité : « Vous pensiez qu’une alliance entre Rouges et Verts atténuerait les ravages du capitalisme ? Sous la banderole écosocialiste, le programme du Front de gauche comme l’action des élus locaux ne portent qu’un énième projet de relance industrielle. Vous pensiez la vieille planification centralisée et autoritaire définitivement ringardisée par les conseils en analyse stratégique ? Le Front de gauche offre une nouvelle légitimité à une technocratie d’État plus effective que jamais, quoi qu’en disent les ennemis du  »libéralisme ». Si l’Enfer Vert des écologistes est un contrôle des comportements lié à une rationalisation technologique, celui des écosocialistes est une économie dirigiste avec un vernis écologique. » Une fuite en avant suicidaire dans la production industrielle de camelote.

Ne ratez pas la présentation du livre le mardi 30 avril à 19h00 à la librairie L’Harmattan, 35 rue basse, à Lille.

***

ARGUMENTAIRE

Tandis que la technocratie verdit, la verdure se technocratise. Le constat officiel de l’effondrement écologique et social proclamé à tous les échelons de l’autorité, du local au global, accélère la fusion entre la classe experte (scientifique, partis, appareils). Fusion d’autant plus naturelle que nombre d’écotechniciens incarnant ce double visage, à la fois Bac+5, csp+, cadres urbains du public ou du privé, et voraces prétendants à la direction de ce Green New Deal, de ce capitalisme reverdi dont ils représentent l’ultime chance. Ce qui est décrit ici, à partir du cas de Lille Métropole, c’est l’ascension de l’extrémisme de l’écolo-technocratie, des années 1979 à nos jours. destruction et artificialisation des derniers lambeaux de nature, construction de gigantesques infrastructures, police électronique et informatique via les puces RFID.

« Les limites nécessaires à la préservation de la vie seront calculées et planifiées centralement par les ingénieurs écologistes, et la production programmée d’un milieu de vie optimal sera confiée à des institutions centralisées et à des techniques lourdes. c’est l’option techno-fasciste sur la voie de laquelle nous sommes déjà plus qu’à moitié engagés. » André Gorz, Écologie et liberté, 1977)

***

L’AUTEUR

Tomjo n’était pas né quand les plus lucides critiques de l’écologie politique nous mettaient en garde contre ce techno-fascisme vert, dont il décrit aujourd’hui l’avènement.

***

126 pages / 12 x 18,5 cm / 9 euros / isbn 978-29158307-3-6

lechappee.org

Comments are closed.