juillet 28th, 2011 at 9 h 50 min by admin

Les universités de la Région vont pucer leurs étudiants à la rentrée : vote électronique, repas, accès aux salles, emprunt de bouquins, toute la vie des étudiants sera enregistrée. Les Conseils d’administration des facs ont-ils demandé l’avis des étudiants ? Ont-ils expliqué quelles informations étaient conservées, et pour quel usage ? Non, évidemment. Ci-dessous, La Voix du Nord, comme à son habitude depuis quelques mois, se fait le relais bien soumis de ce progrès qui « facilite la vie ». Malgré les diverses interpellations, et leur présence lors de la conférence de presse sur les conséquences liberticides du puçage RFID, La Voix du Nord a choisi, une fois de plus, de se ranger du côté des notables, du pouvoir, des moyens de contrôle et de surveillance…

Adieu la traditionnelle carte d’étudiant, bienvenue à la carte multiservices

Faire ses photocopies, payer au restaurant universitaire ou emprunter des livres avec la même carte ? C’est maintenant possible. …

Dès la rentrée, 100 000 étudiants seront équipés de la carte multiservices. Elle a été mise en place par le CROUS et douze universités ou grandes écoles de la région. Cette carte est délivrée gratuitement lors de l’inscription des étudiants, quel que soit leur niveau d’étude. Elle les suivra tout au long de leur cursus.

Son but ? Leur faciliter la vie. Les étudiants peuvent maintenant emprunter des ouvrages dans toutes les bibliothèques universitaires faisant partie du dispositif. La carte sert de moyen de paiement mais uniquement dans les restaurants et cafétérias gérés par le CROUS.

Un atout pour tous

L’UNEF, le principal syndicat étudiant, est le premier à se réjouir de l’arrivée de ce nouveau système. « C’était une vieille revendication du syndicat, raconte Arsene Ruhlmann, élu de l’UNEF à l’IEP de Lille. L’académie de Paris utilise ce système depuis des années et ça marche très bien. ».

Les tout jeunes bacheliers s’inscrivant à l’université de Lille 1 sont les premiers à découvrir la carte. « Le CROUS m’a tout expliqué, c’est vraiment très pratique », s’enthousiasme Florian, futur étudiant en Sciences de la Vie. Il l’a déjà créditée de 20 euros, pour aller manger au « restau U » dès la rentrée. « Ça évitera la cohue du premier jour ! », glisse sa mère, venue l’accompagner pour les inscriptions. Et pour recharger la carte, rien de plus simple : des bornes sont installées dans tous les restaurants universitaires, dans certaines cafétérias et dans les résidences du CROUS.

Le personnel des universités bénéficie lui aussi de ce nouveau système. Les professeurs ont juste à s’identifier pour avoir accès aux laboratoires de recherche ou à certaines salles, en plus des dispositions classiques de la carte.

Et pour le personnel administratif, « cela les soulage d’une partie de la gestion administrative car toutes les formalités sont simplifiées  témoigne Martine Müller, directrice du CROUS de Lille. Et la transmission de données sera bien plus rapide. » Ce projet d’un million d’euros a été financé par la Région, le Fonds européen de développement régional (FEDER) et les établissements.

« La carte multiservices entre dans le cadre d’un programme plus vaste d’informatisation, témoigne Christian Sergheraert, président du PRES, un pôle regroupant plusieurs universités. Nous avons déjà installé mille bornes d’accès au Wifi et nous travaillons sur les ressources documentaires numériques. » L’usage de la carte devrait ensuite être étendu pour faire émarger les étudiants lors des examens ou d’un vote électronique. •

La Voix du Mort, 7 juillet 2011

Comments are closed.